La Ville de Valenciennes a la chance d’avoir vu naître l’un des artistes français les plus illustres : Jean Antoine Watteau (1684 – 1721). La réouverture de son musée des Beaux-Arts, qui conserve un ensemble d’œuvres du peintre, est couronnée par le don exceptionnel d’une œuvre tout récemment redécouverte d’Antoine Watteau, La Chute d’eau, rare paysage du peintre des fêtes galantes inspiré des cascades de Tivoli près de Rome, qui témoigne de la fascination de l’artiste pour l’Italie, pays où il n’eut pourtant jamais l’occasion de se rendre !

L’exposition Rêveries italiennes, propose ainsi de souligner les emprunts que le maître fit tout au long de sa carrière au modèle italien, soit à travers l’exemple des peintres vénitiens du XVIe siècle qui constituèrent pour l’artiste une source importante d’inspiration, soit à travers le filtre des œuvres réalisées à Rome par ses contemporains. Autour d’un ensemble de peintures et de dessins d’Antoine Watteau, des œuvres des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles montreront comment ce peintre des songes puisa dans la culture artistique européenne pour créer des œuvres qui ouvriront la voie à une nouvelle école de paysage, née au siècle des Lumières, autour de Natoire, Boucher, Fragonard et Hubert Robert. À partir des rêveries italiennes de Watteau, l’exposition valenciennoise souhaite ainsi éclairer sous un jour nouveau la fécondité d’un modèle artistique qui, bien au-delà d’une iconographie séduisante, mena à l’éclosion du Romantisme.

L’exposition s’intègre dans la programmation liée à l’élection de la cité voisine belge de Mons comme capitale européenne de la culture pour l’année 2015. Elle bénéficie également  du soutien exceptionnel du Musée du Louvre, qui a accordé pour l’occasion un prêt conséquent d’œuvres et a proposé, dans le cadre de la programmation du Louvre Lens, une exposition venant en écho à l’initiative valenciennoise, consacrée à Antoine Watteau et la fête galante, «Dansez, embrassez qui vous voudrez. Fêtes et plaisirs d’amour au siècle de Mme de Pompadour », du 5 décembre 2015 au 29 février 2016.

Commissariat scientifique : Martin Eidelberg, Professeur émérite d’Histoire de l’Art, Rutgers University.

Commissariat général :
• Emmanuelle Delapierre, anciennement conservatrice du musée des Beaux-Arts de Valenciennes, actuelle conservatrice du musée des Beaux-Arts de Caen ;
• Vincent Hadot, directeur du musée des Beaux-Arts de Valenciennes ;
• Virginie Frelin-Cartigny, Attachée de conservation du Patrimoine, musée des Beaux-Arts de Valenciennes
Elle bénéficie également du soutien des entreprises suivantes : 
CIC Nord Ouest, Mercedes Benz Saga, Api, Dalkia, Place Voyages