[ANNIVERSAIRE].
Jean-Baptiste Foucart aurait 192 ans...
Né à Valenciennes le 1er janvier, il fait ses études à Paris, où il se lie d’amitié avec son compatriote Carpeaux. Il sera souvent d’un grand secours à l’artiste. 
Dès 1849, il lui commande un bas-relief pour orner son salon : "La Sainte alliance des peuples". En 1861, il sollicite son beau-frère Patou, industriel verrier, qui accepte d’acheter à l’artiste une épreuve de son "Pécheur Napolitain" : Carpeaux sera alors en mesure de rembourser une dette envers Schnetz, directeur de la Villa Médicis…
Libre-penseur et franc-maçon, l’avocat Foucart est fiché en 1861 comme homme dangereux, ambitieux, au caractère caustique.
Sa fille, Anna sera un des modèles préférés de Carpeaux, et à sa mort en 1932, Le Figaro titrera son article nécrologique ainsi : « La Flore de Carpeaux est morte ».
En 1898, les funérailles de Foucart rassemblent une importante foule au cimetière Saint-Roch.

10686740_944801825614039_7908678980081480385_n

 

Carpeaux Jean-Baptiste, Portrait de Jean-Baptiste Foucart, huile sur toile, vers 1860, Valenciennes, dépôt de l'Etat, PY.65, 41x33,5 cm, (C) RMN-Grand Palais / René-Gabriel Ojéda

 

12391820_944801838947371_3573185744033023541_n

 

 

Carpeaux Jean-Baptiste, La Sainte Alliance des peuples, plâtre, 1848-1850, 99x360 cm, Valenciennes, inv. S90-19,(C) RMN-Grand Palais / René-Gabriel Ojéda / Thierry Le Mage

 

12376287_944801818947373_4098235509573734739_n

 

Carpeaux Jean-Baptiste, Anna Foucart, vers 1860, bronze, h. 48 cm, Valenciennes, inv. S.92.3, (C) RMN-Grand Palais / René-Gabriel Ojéda