[SAINT MARC]
En ce 25 avril, jour de la saint Marc, on laisse parler notre régisseur Marc Goutierre avec sa chronique printanière du mouvement des oeuvres du musée ! 
1. Œuvres sorties
Après avoir été prêtées au Musée de la vie romantique, à Paris, deux œuvres sont actuellement au musée de La Roche-sur-Yon, en Vendée :
-Le dévouement de Gauthier sans Avoir, par Félix Auvray, Inv. P.46.1.247
-Episode de la Guerre de Troie : Les Sodomites frappés d’aveuglement, par Abel de Pujol Inv. D.46.2.466
L’exposition, intitulée « Visages de l’effroi, violence et fantastique de David à Delacroix» est visible à La Roche-sur-Yon jusqu’au 19 juin 2016.
Deux œuvres ont été prêtées au Musée des Beaux-Arts de Bordeaux.
Il s’agit de deux œuvres de Carpeaux:
- le carnet de dessins n° 54, et 
- La Bacchante les yeux baissés, bronze sur socle de marbre rouge, inv. S.92.45 (ci contre)
L’exposition « Bacchanales modernes ! Le nu, l’ivresse et la danse dans l’art français di XIXème siècle » est à Bordeaux jusqu’au 23 mai. Elle sera ensuite présentée à Ajaccio, avec quelques variantes.
« En résonance avec l'héritage artistique et la culture vinicole de la capitale girondine, cette exposition se veut […] au cœur d'une synergie rassemblant, autour d'actions de médiation innovantes, l'ensemble des acteurs culturels de la Ville (musées, bibliothèques, opéra, théâtre, conservatoire de musique, école des Beaux-Art, etc.). » [Source : Site internet du Musée de Bordeaux]
Au Musée Cognacq-Jay, à Paris, une exposition est consacrée à Jean-Baptiste Huet.
Nous avons prêté un dessin provenant du legs Marlière-Tavernier : Paysage animé avec bergers et moutons, inventaire D.76.27. (illustré ci-dessous).
« Jean-Baptiste Huet, le plaisir de la nature » dure jusqu’au 5 juin prochain.
Au Louvre , c’est un dessin d’Antoine Watteau, issu du même legs que le précédent, que nous avons prêté : Vue de l’Aqueduc d’Arcueil, inv. D.76.23.
L’exposition «À l'ombre des frondaisons d'Arcueil. Dessiner un jardin du 18e siècle» sera présentée jusqu’au 20 juin.
2. Départs prévus
Emmanuelle Delapierre, directrice du Musée des beaux-arts de Caen , nous emprunte pour sa prochaine exposition une œuvre de la galerie du 19ème siècle : Le Havre, Bassin de la Barre, d’Eugène Boudin, inv. P.46.1.275. 
Il s’intégrera dans l’exposition consacrée au peintre Frits Thaulow (1847 – 1906). Intitulée « Frits Thaulow, paysagiste par nature » l’exposition appartient au troisième cycle du Festival « Normandie Impressionniste ». Notre œuvre partita donc pour Caen le 25 mars prochain, et ne reviendra de Normandie qu’après le 26 septembre, date de fin de l’exposition.
En juin prochain, le Musée de la Loire, à Cosne-sur-Loire organise une exposition consacrée au peintre Harpignies : Ce musée est le plus proche de Saint-Privé, où vivait Harpignies. Nous avons été sollicités pour le prêt d’une quinzaine d’œuvres, mais n’avons accepté que le prêt d’œuvres du peintre extraites des réserves, peintures et dessins. La dépose des œuvres en salle aurait entraîné un problème insoluble de remplacement sur le panneau.
Sera malgré tout prêté à cette exposition le buste de bronze de Ségoffin de la galerie.
Trois œuvres nous sont demandées pour une exposition itinérante à Bourg-en-Bresse, Carcassonne, et Douai. Aucune décision n’est encore prise, une réunion à ce sujet devant être faite à la fin de ce mois… Il s’agit du tableau de Quellyn, Jésus chez Marthe et Marie, d’un tableau de Fontana, conservés dans nos réserves, mais aussi de celui de Crayer, Madeleine pénitente, ou Sainte Madeleine renonçant aux vanités de ce monde, exposé dans la salle Rubens… Le prêt serait effectué à compter du mois de septembre.
L'Impératrice Eugénie secourant les enfants malheureux, de Carpeaux est demandée en prêt par le musée d’Orsay à compter de septembre également. Le principe du prêt en est accepté, sous réserve que l’emprunteur accepte le devis de restauration qui lui a été transmis…
3. Œuvres rentrant d’exposition
Deux des Quatre heures du jour de Watteau de Lille sont rentrées du Louvre-Lens récemment, elles complèteront la série, restée incomplète depuis la réouverture du musée. Le réaccrochage en a été fait mardi dernier.
La Seine à Meudon, par Aristide Maillol, est rentrée de son exposition à Issy-les-Moulineaux. Le tableau a regagné les réserves du musée.
Narcisse a été déposé de son socle au Louvre-Lens le 21 mars (Illustration ci-dessous). Il sera livré et réinstallé dans notre Place Carpeaux le mardi 29 mars.
Un Paysage historique, anonyme, est rentré de Cambrai avant la fin de l’exposition « Fénelon et les arts du dess(e)in » : il était prévu de l’accrocher à Valenciennes en tant que « curiosité partagée », ce qui fut fait la veille du vernissage.
Les deux œuvres prêtées à la fondation Glénat, à Grenoble, pour l’exposition « Tables et festins » sont revenues à Valenciennes : 
-Nature morte, de Kalf, P.46.1.98
-Nature morte au jambon, de Van Es, P.46.1.101, qui a servi à illustrer les affiches de l’exposition.
Installée dans l’ancien couvent Sainte-Cécile, la fondation a conservé l’architecture monastique du bâtiment, avec chapelle et couvent… Toutefois, en lieu et place de la statue religieuse (de Sainte-Cécile) surmontant le porche d’entrée, une main impie a placé celle de Titeuf… et les vitraux de la chapelle ont été dessinés par un illustrateur de bande dessinée…
Il avait été accroché provisoirement une nature morte au bouquet de fleurs dans la galerie du 17ème, mais à la demande des animateurs du musée, le provisoire va pouvoir perdurer, et l’installation des œuvres rentrées va être faite en intégrant cette œuvre supplémentaire.
4. Un coup d’œil dans le rétro : accident mortel au musée
« Valenciennes. — Hier après-midi, une équipe de sept ouvriers maçons travaillait au musée en construction, boulevard Watteau, sur un échafaudage haut de 6 mètres. Soudain, l'échafaudage s'écroula, précipitant tous les ouvriers dans le vide. Quatre purent s'accrocher à des montants ; mais les trois autres, MM. Adolphe Lateur, maçon, Léon Baissez et Jules Leclercq, allèrent s'abattre sur le sol. - 
Lateur est gravement blessé ; il a trois côtes enfoncées avec pénétration dans les poumons et de graves lésions internes. Il a été admis d'urgence à l'Hôtel-Dieu. Quant à Baissez, il a des contusions multiples, notamment à la tête ; enfin, Leclercq a des contusions aux bras et aux jambes et une foulure du poignet droit."[Article lu dans La Lanterne : journal politique quotidien, numéro du 08.10.1906]
Adolphe Lateur mourra de ses blessures à l’hôtel-Dieu. Il n’avait que 43 ans.
5. Pour ne pas laisser de blanc en bas de cette feuille
Rien à voir avec le musée… mais vous avez surement reconnu les Ninféas… proches des nénufars ? (Désolé s’il subsistent des phautes d’ortografe ou de grammêre dans cette notte ! Je ne sais plus, moi… je ne sais plus !)

Marc Goutierre

13012608_1020859051341649_5470392323836382784_n

13006617_1020859031341651_6454593917616924120_n

12963741_1020859094674978_4445729061726068622_n

13015547_1020859004674987_4990199213821430753_n

13062428_1020858948008326_8786324391584132081_n

13012661_1020858951341659_506689984614213656_n

13076812_1020858968008324_6470219891684587508_n

13010873_1020858924674995_6615459857120729506_n