[ANNIVERSAIRE]
Le peintre Olivier Lemay, né à Valenciennes, fêterait le 26 mai ses 282 ans.
Issu d’ une famille de marchands valenciennois, il a été baptisé le jour de sa naissance, près du musée, en l’église Saint-Nicolas, dont quelques vestiges sont visibles sur la Place Verte : 
"Le 26 maÿ 1734 fut baptisé olivier joseph né à 2 heure la nuit fils de pierre dominique joseph le may marchand et de marie claire joseph fournier sa légitime épouse. Parain fut olivier fournier Marchand son grand-père maternel, maraine fut marie joseph payement sa grand-mère maternelle Marchande de cette paroisse. Le père présent, tous ont signez"
Le peintre est représenté dans l’exposition temporaire « Curiosités partagées » par un dessin Androclès et le lion. 
Dans un décor minéral aux accents sublimes rehaussés par les rais de lumière filtrant à travers la roche, le jeune Androclès retire une épine de la patte d’un lion rugissant de douleur. Inspirée d’un récit de l’auteur latin Aulu-Gelle (IIe siècle ap. J.-C.), cette scène illustre la touchante histoire d’Androclès, esclave en fuite, et du lion blessé qu’il soigna et auprès duquel il resta quelque temps avant d’être repris et emprisonné. Il fut alors condamné à être livré aux fauves dans le Grand Cirque de Rome, mais par un hasard heureux, le lion chargé d’exécuter la cruelle sentence, fut celui dont Androclès avait pris soin et qui, par reconnaissance, épargna le jeune homme. L’empereur se laissa émouvoir par cette histoire, au point qu’il affranchit l’esclave et lui offrit le lion. 
Exécuté à la plume et somptueusement rehaussé de lavis d’encre et d’aquarelle, le dessin offert par la Société des Amis du musée en 1999, est sans nul doute une des pièces majeures de l’artiste, dont l’œuvre demeure encore relativement méconnue. Certes, Olivier Lemay s’attache en la circonstance à illustrer précisément cette histoire d’homme soignant un lion, mais le sujet de son dessin pourrait sembler tout autre, tant l’environnement grandiose attire l’œil du spectateur avant même de remarquer la scène centrale. Cette caractéristique est évidemment le propre du genre du paysage historique, auquel Olivier Lemay consacra sa carrière d’artiste-voyageur. Une version peinte, très proche de ce dessin existe, passée en vente en 2006, après être restée longtemps dans une collection privée à Béziers , mais il n’est pas certain que notre dessin soit une étude préparatoire à l’huile sur toile, tant son degré d’achèvement et de précision est élevé. Il est permis de penser que le dessin est en réalité une reprise, dans une autre technique, de l’œuvre peinte, répondant au goût de l’époque pour les arts du dessin. La feuille est en effet lisiblement signée en haut à droite d’une belle écriture calligraphiée et ce détail, allié au soin extrême apporté à l’œuvre, laissent à penser qu’elle a bien été réalisée pour le marché de l’art du dessin, alors en pleine expansion
M.G.+V.F.

13254559_1040154799412074_1323158003340103361_n

 

 

Olivier Lemay (Valenciennes, 1734 – Paris, 1797)
Androclès et le lion
Plume, encre brune, lavis d'encres brune et noire, aquarelle sur papier blanc 
Don de la Société des Amis du Musée, 1999
Musée des Beaux-Arts de Valenciennes ; inv. D.99.5.1
(c) RMN / Grand Palais - Photo R.-G. Ojéda