13516188_1063779343716286_1794515443736287617_n

13533352_1063779377049616_2825695571867736738_n

13524504_1063779280382959_241905820049496542_n

 

[ANNIVERSAIRE]

Il y a 107 ans (et 3 jours), le 27 juin 1909, on inaugure le musée en grande pompe. Les œuvres, en provenance de l’ancien musée à l’étage de l’hôtel de ville sont installées : Une commission de trois conservateurs réputés, Paul Jamot, Paul Le Prieur, et Camille Benoit, avait été chargée de la sélection des oeuvres dignes de figurer dans le nouveau « Palais » des beaux-arts. Le transport des oeuvres ainsi que leur restauration avaient été confiés à M. Bueso, restaurateur de peinture, du musée de Bruxelles. C’est lui également qui, sous la direction de Jules Pillion, conservateur du musée, s’est chargé de l’installation des œuvres (on ne parlait pas à l’époque de « Muséographie »).
Le 20 juin seulement, un marché est signé entre la municipalité et les prestataires de services : Arthur Godon, maître d'hôtel rue du Quesnoy, organise le banquet prévu à l'hippodrome; Arthur Schavey, tapissier à Valenciennes est chargé de la décoration d'une tribune, de la location de 128 m d'andrinople (tissu), de la pose de portières de velours, et de la location et de la pose de tapis à la mairie; enfin, la veuve Hillaireau, de Saint-Ouen s’occupe de la décoration des rues: « frais d’envoi, pose, dépose et location de trois entrées décoratives composées de deux pylônes en décor sur mats de 12 m, ornés d’une grande oriflamme, dressés de pavillons, trophées et écussons ».
Le jour venu, un livre d’or est ouvert pour recueillir les signatures des personnalités : Outre celles des élus de Valenciennes, dont Devillers, maire, on trouve celles de Dujardin-Beaumetz, artiste peintre et sous-secrétaire d’état aux Beaux-Arts ; Buissart, délégué du ministre du commerce ; Maxime Lecomte, vice-président du Sénat ; Alfred Girard, sénateur du Nord, Georges Lyon, recteur de l’Académie ; du sous-préfet de Valenciennes, du gouverneur de Maubeuge, du bourgmestre et d’un conseiller municipal de Mons ; du directeur général des beaux-arts de Belgique, de Pillion, conservateur du musée; et d’artistes : Dusart, architecte du musée, Constant Moyaux, Lucien Jonas, et Chigot père.
C’est seulement en 1912, soit trois ans après l’ouverture du musée, qu’une plaque dite inaugurale est posée sur le mur, insérée dans le décor qu’avait prévu l’architecte. Elle est toujours en place à l’heure actuelle (sans le décor végétal qui l’entourait), et son installation tardive est précieuse pour dater les documents photographiques les plus anciens.

M.G.