[MUSEE CRAUK / 16 : LA MORT ET LE MIRACLE]
Sans la garde de Mme Crauk, le musée est alors quelque peu délaissé et ne laisse dès lors que peu de traces dans les archives. On lira pourtant, en 1934, un article alarmiste sur le musée: Le nombre des sculptures, des meubles, des dessins et des tableaux précieux qui s’y trouvent, et dont beaucoup, dans un pareil local, ne peuvent manquer d’être gravement endommagés, comme on peut déjà le constater, et même d’être rapidement détruits. (…) Il y a là un état de choses qui ne peut durer. Il y va du bon renom de la ville de Valenciennes, mais rien ne semble être fait et la guerre survient.Ernest Gaillard dira dans son Rapport des dommages de guerre » : « La majeure partie des collections a été mise à l’abri au Musée des Beaux-Arts, après la destruction du bâtiment. Les pertes sont limitées à des dégâts réparables aux collections. Par ailleurs, en 1943, on rectifie un « oubli »: « Dans les imprimés qui nous sont adressés (…) il y a une omission : le musée Crauck (sic) qui se trouvait d’ailleurs en dehors du périmètre de destruction ». Le dossier pour la reconstruction précise même « Incendié en mai 1940 par faits de guerre ». 

Un plan de 1935 est conservé au musée, il est surchargé en rouge pour les secteurs détruits complètement en 39-40, et en jaune pour ceux détruits partiellement. Une ligne discontinue bleue y limite la zone à déblayer : le musée Crauk n’est pas surchargé, et il est à l’extérieur de la ligne bleue…
Le musée a donc été détruit en dehors du périmètre de destruction, une destruction aussi insolite a été oubliée, et n’a pas occasionné de gravats à déblayer...
On ne peut y croire… Tant d’œuvres, dont des dessins sur papier, ont donc été retrouvées intactes au milieu de ruines calcinées ? La palme trophée est intacte, le chêne inclus. De même, on aurait décroché minutieusement des gravats fumants les plaques de cuivre des volontés de Crauk, en en conservant jusqu’aux vis ! Quand même, la plaque de marbre de la façade est cassée en deux…
M.G.

13935172_1097614096999477_3090390939438331450_n

 

 

Détail du Plan des destructions totales (rouge) en 1939-1940, localisant le musée Crauk (encerclé), non concerné par les destructions, et hors de la zone à déblayer (ligne bleue discontinue)

 

14068095_1097613983666155_2232647839055104642_n

 

Vue intérieure du musée Crauk, salle des « souvenirs intimes », détail de carte postale ancienne.
On reconnait à droite la « Vue pittoresque du Capitole », d’Hubert Robert, et dessous, l’éventail de mariage (en papier) des ancêtres de Mme Crauk. Tout cela aurait été retrouvé intact après l’incendie du bâtiment…

 

13934922_1097614003666153_7453219563597182653_n

 

 

Plaques (il y en a deux superposées) exprimant les conditions des dons de Crauk, le petit paquet renferme les vis !