[ANNIVERSAIRE]
Le peintre Jean-Baptiste Guth est né le 4 janvier 1855 à Paris.
Après avoir été formé par le peintre Jean-Léon Gérôme, il se fait connaître par ses portraits d’illustration pour la presse. Il collabore ainsi à « L’Illustration », où il publie, entre autre, un portrait du peintre Meissonnier, mais surtout au magazine britannique « Vanity fair » où l’on trouve les portraits, parfois portraits-charge, des grands noms de l’époque : Les écrivains Pierre Loti, Anatole France, Ernest Renan, ou encore Alphonse Daudet, l’acteur Coquelin ainé, le banquier Alphonse de Rothschild, les militaires Jacques Duchesne ou Alfred Dreyfus, le baron Alphonse Chodron de Courcel, le Prince Henri d’Orléans, et de nombreux hommes politiques ou souverains (Félix Faure, Emile Loubet, la Reine Victoria, le tsar Nicolas II). Après avoir vécu quelques années en Grande Bretagne, il rentre en France, et y épouse Catherine Hjesta, artiste peintre comme lui.
En 1892, il réalise un portrait du peintre Harpignies posant devant l’un de ses paysages sur un chevalet. Il s’agit d’un travail en commun, le paysage ayant été peint, et signé, par Harpignies lui-même. Cette œuvre est restée dans la famille Harpignies jusqu’en 2014, date à laquelle elle a été offerte au musée de Valenciennes. Elle a été exposée à la fin de l’année dernière à Cosne-sur-Loire dont le musée organisait une exposition Harpignies.
En 1912, on trouve Jean-Baptiste Guth en tant que professeur de dessin de la ville de Paris, il est alors domicilié 5 quai Malaquais, puis serait mort en 1922, mais son acte de décès demeure introuvable.

V.H.

 

L’image contient peut-être : 1 personne, debout

 

Alphonse Daudet

 

 

L’image contient peut-être : une personne ou plus et personnes debout

 

 

Henri Harpignies, Valenciennes, inv. 2014.3.1

 

L’image contient peut-être : 1 personne

 

 

La Reine Victoria.

 

L’image contient peut-être : 1 personne, debout et chaussures

 

 

Le Prince Henri d'Orléans.