L’image contient peut-être : montagne, ciel, plein air et nature

 

[EPISODE 18 : PETCHILI VALENCIENNES]

Enfin rentré chez lui, Aimé Alquier se verra affublé du sobriquet de « Valenciennes »… Il se mariera en 1920 à Lairière, un village proche, et mourra octogénaire en janvier 1960. Maurice Alquier, son petit-fils le croit innocent : « Pour ma part, parce que j'ai connu mon grand-père dans son quotidien mais aussi parce que je sais de quoi les habitants de ce petit village reculé des Hautes Corbières étaient capables pour s'amuser en ces temps où les distractions étaient rares, je crois en l'innocence de Aimé Alquier. » 

Bien sûr, on ignore toujours qui a truqué le billet : « Petchili » lui-même ? Mais il était aux champs le 16 mars et il se serait perdu en contactant l’agence Raynaud, alors qu'il était coupable ! Marie Alquier, la parente buraliste qui pouvait connaître l’existence du billet par le cousin à qui Alquier en avait parlé et qui était bien placée pour connaître les résultats par la presse avant les autres ? Elle aurait pu subtiliser le billet le 16 avant de le remettre en place ? Le receveur des postes, à même de disposer du matériel d’imprimerie, et qui aurait prononcé la remarque entendue par l'avocat ? Aucune preuve ne vient étayer aucune hypothèse ! Toujours est-il que les 150 000 francs ne sont pas revenus à « Petchili » et que le groslot a bel et bien été remporté par la Veuve Collet.

Légende : 
Vue générale du village de Salza

 

M.G.