[JOURNEES DU PATRIMOINE : J-2]
Retrouvez samedi (14h-17h) et dimanche (10h-12h et 14h-17h) notre service archéologique, qui vient d'entamer un "diagnostic" sur la place de la Barre à Valenciennes.
Apprenez-en plus avec eux sur leur service, ses missions, ses spécificités, et sur le contexte de leur travail.
Observez avec eux les quelques premiers vestiges mis au jour sur cette toute nouvelle intervention.

L’actuelle place de la Barre est une création récente qui s’implante sur un quartier d’origine médiévale situé à proximité des remparts et de la porte de Cambrai, et détruit au début du XXe siècle.
Cet ilot rectangulaire est attesté par les archives dès le XIVe siècle. Le recensement de la population locale effectuée en 1699 y signale la présence de quelques mulquiniers (tisserands). 
La rue de la Barre était également appelée rue du Four-Saint-Ysabiel ou du Béguinage en lien avec le voisinage du béguinage Sainte-Elisabeth.

V.H.

 

 L’image contient peut-être : ciel, voiture et plein air

 

 

 

 


 

L’image contient peut-être : personnes debout, ciel, plante, arbre et plein air

 

L’image contient peut-être : 1 personne

 

L’image contient peut-être : arbre, ciel, plante et plein air

 

L’image contient peut-être : arbre, ciel, plante et plein air

 

[DE LA DEFENSE DE LA VICTOIRE]
Qui n’a pas traversé la Place Verte à Valenciennes sans lever les yeux vers une majestueuse statue aux pieds de laquelle les jeunes se plaisent parfois à s’asseoir pour discuter ou casser la croute ? Vous connaissez cette œuvre mais qu’en est-il de son histoire ? 
Ce monument est la "statue de la Victoire couronnant le drapeau français", surplombant la "colonne de la Défense de 1793". L’œuvre est due au sculpteur valenciennois Gustave Crauk et a été inaugurée en 1902 en présence du ministre de la Guerre ! Toutefois, dès la première Guerre Mondiale, les allemands s’intéressent entre autres à ce monument pour en fondre le bronze. Si les bas-reliefs figurant en bas du monument ont connu ce triste destin, la statue, quant à elle, échappe à la fonte et est cachée dans le jardin d’un valenciennois. C’est d’ailleurs seulement en 1932 qu'elle reprend place au sommet du monument et que l’on procède à sa ré-inauguration. Le sort malheureux auquel échappa cette statue toucha quelques années plus tard sa version parisienne qui ornait le square des Arts-et-Métiers (rebaptisé square Emile Chautemps) depuis 1866, et qui fut fondue durant la seconde Guerre Mondiale…
V.H.