Avant le début du traitement de nombreux blanchiments obscurcissaient l'esquisse et empêchaient une vision aisée de la composition. La couche picturale était fragilisée par de nombreuses écailles de peinture en soulèvement au niveau des dédoublements et tout le long des bords, photo 1: ensemble, photos 2,3,4: détails.
 
    Pendant le traitement nous avons procédé au refixage des dédoublements, des soulèvements, des bords fragilisés, refixage réalisé avec de la colle d'esturgeon diluée, et nous avons fait un nettoyage superficiel et une atténuation des blanchiments au moyen de la salive, suivis d'un rinçage à l'eau déminéralisée, photo 5: ensemble, photos 6,7,8: détails.
 
    Toujours pendant le traitement, nous constatons l’état après le refixage, le nettoyage superficiel et l'atténuation des blanchiments: les blanchiments n'obscurcissent plus la vision de la représentation, la couche picturale est consolidée, photo 9: ensemble, photos 10,11,12,13 : détails.
 
      Après cette première phase de traitement, la couche picturale de la représentation postérieure ( Le châtiment de Caïphe) est recouverte d'un vernis apparaîssant clairement sous la lumière UV : photo 14, à certains endroits de façon uniforme à d'autres sous forme de plaques et de façon fragmentaire. La teinte légèrement bleutée du vernis sous lumière UV laisse présager qu'il s'agit d'un vernis à base de résine synthétique. La couche de vernis présente quelques petites zones opaques : des endroits où le vernis se décolle, s'effrite. Ces endroits apparaissent comme des tâches perturbant la lisibilité de la représentation: photo 15.
 
     J'ai ensuite  réalisé de nombreux essais d'allégement du vernis au moyen de mélanges de solvants mais sa solubilité est très réduite. Et sous l'action des solvants les zones testées deviennent très mates et moins satisfaisantes visuellement. 
   Or pour la présentation future de l'esquisse il est primordial de garder la couche picturale exempte de matités, bien lisible.
    Par la suite j'ai effectué des tests d'enlèvement mécanique du vernis au moyen d'un scalpel sous contrôle de lampe-loupe lumière UV. La couche de vernis s'avère friable et le résultat assez satisfaisant. Les zones où le vernis a été enlevé mécaniquement sont satinées où légèrement mates. C'est cette méthode que je vais utiliser pour retirer la couche de vernis.
 
     Après réflexion et sous réserve de discussion avec V. Hadot, le responsable de collection, je pense que la couche picturale de l'esquisse doit être traitée de façon minimale, conservative, avec le moins d'ingérence possible, en raison de nombreuses informations présentes sur l'histoire de l'œuvre dans son état actuel: photos 16, 17, 18. Dans la phase finale du traitement se posera la question d'un éventuel revernissage léger pour améliorer l'aspect esthétique et protéger l'esquisse.
 
      L'esquisse va être à présent traitée au niveau du support toile, mise en tension et montée sur une structure en bois pour pouvoir être présentée et conservée à la verticale.
Magdalena VARANGUIEN DE VILLEPIN

Photo 1 ensemble avant le début du traitement

 

Photo 1 ensemble avant le début du traitement

photo 2 détail avant le début du traitement

 

Photo 2 détail avant le dévut du traitement

photo 3 détail avant le début du traitement (2)

 

photo 3 détail avant le début du traitement

photo 4 détail avant le début du traitement

 

photo 4 détail avant le début du traitement

Photo 5 ensemble pendant le nettoyage superficiel et l'atténuation des blanchiments

 

Photo 5 ensemble pendant le nettoyage superficiel et l'atténuation des blanchiments

photo 6 détail pendant le nettoyage superficiel et l'atténuation des blanchiments

 

photo 6 détail pendant le nettoyage superficiel et l'atténuation des blanchiments

Photo 7 détail pendant le nettoyage superficiel et l'atténuation des blanchiments

 

Photo 7 détail pendant le nettoyage superficiel et l'atténuation des blanchiments

photo 8 détail pendant le nettoyage superficiel et l'atténuation des blanchiments (2)

 

photo 8 détail pendant le nettoyage superficiel et l'atténuation des blanchiments

photo 9 ensemble après le refixage, le nettoyage superficielle et l'atténuation des blanchiments

 

photo 9 ensemble après le refixage, le nettoyage superficielle et l'atténuation des blanchiments

photo 10 même détail après le refixage, le nettoyage superficiel et l'atténuation des blanchiments

 

photo 10 même détail après le refixage, le nettoyage superficiel et l'atténuation des blanchiments

photo 11 détail après le refixage, nettoyage superficiel et l'atténuation des blanchiments

 

photo 11 détail après le refixage, nettoyage superficiel et l'atténuation des blanchiments

photo 12 après le refixage, le nettoyage superficiel et l'atténuation des blanchiments (2)

 

photo 12 après le refixage, le nettoyage superficiel et l'atténuation des blanchiments

photo 13 détail après le refixage, le nettoyage superficiel et l'atténuation des blanchiments

 

photo 13 détail après le refixage, le nettoyage superficiel et l'atténuation des blanchiments

photo 14 ensemble sous lumière UV

 

photo 14 ensemble sous lumière UV

photo 15 détail endroits où le vernis se décolle, s'effrite

 

photo 15 détail : endroits où le vernis se décolle, s'effrite

photo 16 détail dans les lacunes est visible la couche picturale de la composition antérieure ( le portrait d'un jeune homme)

 

photo 16 détail : dans les lacunes est visible la couche picturale de la composition antérieure ( le portrait d'un jeune homme)

photo 17 idem photo 16

 

photo 17 idem photo 16

photo 18 idem que photo 16 et 17

photo 18 idem que photo 16 et 17

Quelques anciens articles du Blog des Amis du Musée :

Foubert :

Chers tous, Je trouve la radio très parlante effectivement, mais permettez-moi d'apporter une précision quant à l'identification du portrait. Je ne connais à ce jour qu'un autoportrait de l'artiste (coll. privée), et je pense que le " nôtre " peut en être un, mais peut tout autant être celui d'un autre homme, peut-être un collègue, peint par Foubert.

http://blogamv.canalblog.com

Émile-Louis FOUBERT - Amis du Musée de Valenciennes

Sur les recommandations de nos Directeur, Président et membres du Comité, les AMV viennent d'acquérir aux enchères à Melun les 2 études HST d'Emile - Louis Foubert préparatoires au tableau de la salle 19ème du musée " Le Châtiment de Caïphe " ,inspiré de la Divine Comédie de Dante.

http://blogamv.canalblog.com

Émile-Louis FOUBERT - Amis du Musée de Valenciennes

Restauratrice de peintures j'ai été missionné par les AMV pour restaurer les deux esquisses de E.-L. Foubert récemment achetées par leurs soins. Ces deux esquisses sont des travaux préparatoires au grand tableau intitulé Le Châtiment de Caïphe exposé dans la salle XIXème du musée.

http://blogamv.canalblog.com