72c5976fceffbe5b2e205774c69eeafd

 

Carpe Diem… Cueille le jour…

 

Eh, l’ami, cueille je jour, cueille le bonheur quand il est à vue, à portée de main, à portée d’appétit…

Bien sûr, le bonheur quotidien semble aller de soi, un dû à nous réservé.

Bien sûr, on veut ignorer que le temps est un voleur qui se saisit du bonheur dès qu’il est abandonné à la routine…

Mais sachons qu’un jour, le bonheur s’évanouira, filera en douce, sans laisser d’adresse, ou peut être nous sera-t-il dérobé, remplacé par un petit sac de poison, voire une outre remplie de chagrin et d’amertume.

Alors, il nous faudra aller plus loin, réagir et aller chercher, là ou elle se cache, la petite musette débordant de fleurs d’espoir…

        Carpe Diem… Quam minimum credula postero…

  Cueille le jour … mais ne te fies pas au lendemain…

Cultive le bonheur, cueille le, même si il est vert, mieux quand il est mûr, n’attends pas qu’il se gâte, qu’il chute…

Et puis, dès que tu l’as cueilli, prend bien soin de lui, il est si fragile…

Ne joue pas avec le bonheur, il pourrait se jouer de toi.

Alors l’ami, ne garde pas le bonheur pour toi, sème le en abondance, tu récolteras en retour une moisson de joie, tu verras fleurir sur les visages un très doux sourire qui s’épanouira au fil des jours …

Le meilleur moyen de faire grandir le bonheur, n’est-il pas de le partager ?

Charles Henri Masson