[ANNIVERSAIRE]
21 septembre 1845
Décès 43, rue des Anges, du docteur en médecine Louis Joseph Legrand. Il habitait dans cette rue une grande maison avec porte cochère, cour et verger, et y meurt à 56 ans « à la suite d’une longue et douloureuse maladie ».
Natif de Valenciennes, il était médecin de l’Hôtel-Dieu, suppléant du juge de paix du canton Est de Valenciennes, et conseiller municipal.
Peu avant sa mort, les 13 avril et 3 août 1845 ; il prend ses dispositions testamentaires – peut-être était-il déjà malade, et conscient, en tant que médecin, de sa fin prochaine ? Il lègue l’ensemble de ses biens à Eloi Edouard Gravez, natif de Valenciennes et pharmacien à Paris, à l’exception de trois groupes en terre cuite de Verboeckhoven, dit Fickaert, artiste valenciennois, qu’il destine au musée de sa ville :
-« La Charité donnant des soins à des enfants », portant l’inscription: « La Charité est la première des vertus »
-« Une chèvre jouant avec des enfants »
-« Une laie défendant ses petits contre une meute de chiens »
Les trois œuvres sont remises au maire Carlier sous des globes de verre. Le maire en accuse réception le 8 novembre : « Je les ai réunies aux autres objets d’art que possède la ville, et lorsque notre musée pourra être, de nouveau, ouvert au public, le legs précieux de M. Legrand excitera un double intérêt, en consacrant le souvenir d’un habile artiste valenciennois (…), et celui d’un savant médecin, ami des arts ».
De nos jours, seule subsiste la première des trois œuvres, mais l’inscription s’en est effacée, et les deux autres ont disparu, probablement dans l’incendie de l’hôtel de ville ?