[RUBENS DES BATAILLES]
Et si nous vous informions de notre toute dernière acquisition ?

Nous avons obtenu hier soir un avis favorable de notre commission scientifique régionale pour une petite huile sur bois anversoise, offerte par une des membres de nos chers Amis du Musée de Valenciennes​, et signée F. Rubens ..." .


Arnold Frans Rubens est un peintre anversois spécialisé dans les petites scènes de genre. Fils d’Arnold Rubens, sculpteur, et de Catherine Pannes, il est reçu maître de la guilde de Saint-Luc à Anvers en 1709-1710. Marié en 1710, il décède en 1719. Il se spécialise dans la peinture de batailles pour cabinet d’amateur. Cette spécialité lui vaut d’ailleurs son surnom de « Rubens des Batailles », qui le distingue ainsi de son illustre prédécesseur, Peter Paul Rubens. 
La "Scène de bataille" qui nous intéresse est demeurée depuis sa création dans la même famille. Quelques cavaliers, vêtus d’un costume coloré ou juchés sur des chevaux aux pelages plus clairs, se distinguent généralement, au centre du tableau, de la cohue d’ensemble. Les visages et même les costumes sont assez indéterminés, car c’est bien l’impression de mouvement qui est d’abord privilégiée. 
Le musée des Beaux-Arts de Valenciennes conserve déjà dans ses collections une peinture donnée à Arnold Frans Rubens, dont l’attribution était toutefois sujette à discussion. Il s’agit d’une huile sur toile, non signée et sensiblement plus grande que les œuvres habituellement produites par Arnold Frans Rubens. La composition d’ensemble est néanmoins très proche de celle du tableau acquis, malgré quelques différences, notamment dans le paysage. 
Le tableau qui nous intéresse ayant été toujours conservé dans une même collection régionale, il est permis de se demander si l’œuvre sur toile, entrée au musée avant 1839, et dont la facture est de moindre qualité, ne serait pas en réalité inspirée du tableau vu en collection privée et exécutée par une toute autre main. 
Sa parenté proche avec l’œuvre initialement conservée dans les collections du musée de Valenciennes, son historique et sa localisation qui n’ont pas varié depuis le XVIIIe siècle, incitent à placer cette peinture à l’huile sur bois comme l’œuvre originale d’Arnold Frans Rubens achetée par un notable lillois. Ainsi, son entrée dans les collections, s’inscrit-elle dans la lignée de l’importante collection d’art flamand du musée, mais semble aussi clarifier incidemment le statut d’une autre œuvre, jusqu’alors fort peu documentée.

V.H.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air

 

 


 

 

L’image contient peut-être : 1 personne, texte