Blandine Lacheteau et la technologie au secours de "La déploration du Christ"

La restauratrice Blandine Lacheteau a donné une conférence sur la restauration de la "Déploration du Christ" d'après Hugo Van der Goes, une oeuvre sur panneau de chêne en deux morceaux qui sommeillait dans les réserves. La restauratrice, spécialisée dans la peinture sur bois, cherchait une oeuvre de ce type à restaurer pour son sujet de thèse. Le musée lui a présenté ce tableau légué au musée en 1926 par le pharmacien Pecqueur. L'oeuvre originale du XVème siècle est perdue mais de nombreuses copies ont été réalisées d'après une gravure publiée en 1586 par les ateliers anversois (une production quasi-industrielle). Au revers du panneau est apposée une main symbole de la guilde d'Anvers. Cette descente de croix à mi-corps correspondait à la dévotion pour la mystique de la Passion de l'époque. Dans sa conférence, Blandine Lacheteau a expliqué l'historique, les problématiques à résoudre notamment les contraintes mécaniques du recollage des panneaux et le respect de l'intégrité de l'oeuvre. Elle a bénéficié de l'aide des ingénieurs du Centre d'Etudes Technique des Industries Mécaniques de Senlis sur les contraintes techniques et pour les études climatiques. Elle a procédé pour l'encadrement à un assemblage en berceau pour éviter la déformation des planches ainsi qu'un assemblage mécanique afin de régler la bonne position. Un long travail sur deux ans qui a franchi un pas dans la recherche artistique, physique, chimique et mécanique. Durant un mois, le public pourra contempler pour la première fois cette restauration "quasi miraculeuse"...

Jean-Paul PLICHON, dans La Voix du Nord.

025

 

 

Blandine LACHETEAU et La déploration du Christ

 

027

 

 

Blandine LACHETEAU, Vincent HADOT, et La Déploration du Christ

 

030

 

La Déploration du Christ